Education bienveillante

L’éducation bienveillante et moi

J’ai besoin d’écrire un article sur ce sujet car c’est devenu en quelques mois le point central de ma relation avec mes enfants, surtout la plus grande pour l’instant. Je m’explique…

Je suis devenue maman à l’été 2012. Tout était merveilleux mis à part la naissance mais c’est un autre sujet que nous aborderons peut-être un jour… peut-être…

Ma Princesse était le genre de bébé dont toute maman pourrait rêver: elle pleurait peu, a fait ses nuits très vite, était très éveillée. En grandissant, elle a parlé tôt, marché assez tôt et a toujours été assez facile à vivre. Cependant, j’en attendais toujours plus parce que c’est dans la nature humaine de ne jamais être satisfait pourtant j’avais conscience d’avoir une petite fille en or.

Education positive et bienveillante

Pour faire simple, je suis le genre de maman très affectueuse et démonstrative mais aussi très exigeante et pas patiente pour deux sous.

Lorsque je suis tombée enceinte du PetitPrince, ça n’a pas été une partie de plaisir, là aussi, je vous épargne les détails… je crois qu’à moi seule avec mes récits de grossesses et d’accouchements, je pourrais faire s’éteindre la race humaine! lol

La grossesse s’est donc déroulée comme elle s’est déroulée mais à l’arrivée de notre petit trésor n°2, j’ai déchanté. Les débuts ont été difficiles car il souffrait de coliques terriblement douloureuses et pleurait donc beaucoup tout en dormant peu. La fatigue s’est donc installée et mes nerfs se sont étiolés petit à petit.

Education positive et bienveillante

J’avais déjà une tendance dragon bien que ce ne soit pas mon signe astro chinois mais cette tendance est devenue un mode de communication. Plus ça allait, plus je passais ma vie à crier et à culpabiliser. Les fessées devenaient une option acceptable et le coin était une issue presque réconfortante pour arrêter les crises et les cris.

Je ne me reconnaissais plus. Nous avons décidé de partir quelque jours en vacances mon mari et moi et de confier les enfants à mes parents pour nous retrouver, nous ressourcer et j’avais vraiment besoin de prendre du recul (nous n’étions plus partis tous les deux depuis ma première grossesse).

Pendant ces vacances, j’ai laissé la maman dragon de côté, je voyais à nouveau mes enfants tels qu’ils sont: adorables, gentils, plutôt faciles à vivre et surtout, je les ai à nouveau vus comme … une enfant et un bébé !

Education positive et bienveillante

Education positive et bienveillante

J’ai eu tellement honte de mes comportements excessifs que j’ai décidé d’y mettre un terme. Je me penche donc sur des lectures telles que les livres d’Isabelle FIlliozat qui m’aident à me poser les bonnes questions.

Ce n’est pas un cheminement facile car cela nous oblige à faire une introspection sur nous-même, sur notre propre enfance, ça met le doigt là ou ça fait mal mais c’est tellement bon de se rendre compte petit à petit que la maison retrouve son calme et sa bonne humeur. Que lorsque une crise éclate, on arrive enfin à rester calme et à écouter notre enfant pour l’aider à trouver lui même comment défaire les noeuds qui l’entravent.

Education positive et bienveillante

C’est vraiment surprenant de se rendre compte qu’il suffit de changer de quelques degrés l’angle depuis lequel on observe une situation pour qu’elle nous apparaisse tout à coup sous un jour tout à fait nouveau!

Education positive et bienveillante

Les limites sont pourtant restées quasiment inchangées à la maison mais c’est la façon de faire respecter les règles qui diffère et ça fait toute la différence.

Je ne dis pas que ça marche à tous les coups mais au moins j’essaie. Je mets tout en oeuvre pour que ça marche et quand ça ne marche pas, je demande pardon. Les enfants comprennent ça et ils sont indulgents. J’apprends ainsi à mes enfants à accepter et respecter leurs besoins et les miens.

Chez nous la règle n°1, c’est de faire un câlin le plus souvent possible.

Et chez vous, c’est quoi le mot d’ordre?

Education positive et bienveillante

 

FacebookTwitterGoogle+Pinterest
1 vote

10 commentaires sur “L’éducation bienveillante et moi

  1. J’ai beaucoup aimé ton article! J’ai eu un accouchement très difficile aussi, où j’ai faillit ne jamais connaître le bonheur que je vis maintenant…
    La patience n’est pas mon fort et le coin était devenu presque, je dis bien presque quotidien!
    Mon mari et moi avons beaucoup parlé car j’étais excédé pour un rien!
    Maintenant, je communique davantage avec mon fils même si il ne comprend pas tout!Je me mets à sa hauteur quand je lui parle, et j’essaie un maximum de détourner son attention quand je sens la crise, lais je ne cède tout de même pas quand il fait une crise mais je la prends de « meilleur humeur » sans m’énerver!
    Et bien sûr les câlins sont de rigueur le plus souvent possible!;)
    Surtout depuis que j’ai repris le boulot! Même en retard, le matin, au réveil, 5-10 minutes de câlins et maman fait la discussion, mon fils a 19 mois aujourd’hui!^^

    1. Merci pour ton commentaire. C’est vrai ça change tout. Et c’est bien à nous en tant que parent avec notre cerveau bien structuré (enfin… normalement… lol) qui pouvons prendre le recul nécessaire quand une crise pointe le bout de son nez. Tout le monde est tellement plus heureux ensuite ! Et puis quand on a frôlé le pire au moment de la naissance de ses enfants, il ne faut pas oublier l’essentiel et surtout pas la chance qu’on a <3
      Moi ma Princesse à 3 ans et demi maintenant et PetitPrince 9 mois… A 19 mois ton petit bonhomme est en pleine explosion dans toutes ses acquisitions, c’est magique! Profite

  2. Il est clair que l’éducation bienveillante facilite la vie, mais parfois ce n’est pas simple à mettre en place ! (j’ai lu aussi Isabelle F.)
    J’ai une fille de 2 ans qui ressemble en tout point à ce que tu décris pour ta fille. J’ai tellement peu d’en faire un deuxième et d’avoir l’inverse, un peu comme toi avec bébé qui pleure beaucoup et dort peu et la fatigue qui s’installe !

    1. Tu as raison, ce n’est pas facile tous les jours… on réfléchis parfois trop.
      Tu sais au final, une fois les coliques passées et la diversification instaurée, mon PetitPrince c’est transformé, nous avons enfin découvert son caractère, il est adorable et dort très bien! Il est plus rigolard que sa soeur, par contre plus colérique aussi mais il fait un bon mélange des deux alors… on fond !
      Si tu ressens cette envie viscérale d’avoir un second enfant, ne te pose pas trop de questions… de toute façon, il n’y a pas d’enfant-monstre et tu essaies visiblement de prendre les choses dans le bon sens ;o)

  3. Je me reconnais beaucoup dans ce que tu racontes, même si pour le moment je n’ai qu’un enfant. «je suis le genre de maman très affectueuse et démonstrative mais aussi très exigeante et pas patiente pour deux sous», c’est tout à fait comme ça que je me décrirais!

    Tu dis avoir lu plusieurs livres sur le sujet. Lesquels recommanderais-tu? J’ai déjà J’ai tout essayé et pour le moment les trucs qui s’y trouvent fonctionnent plutôt bien!

    1. Ah! Je savais bien que je n’étais pas la seule! ;o)
      Le livre qui me passionne le plus et me fait faire le plus ma propre introspection pour avancer et comprendre mes comportements et ceux de mes enfants c’est « au cœur des émotions de l’enfant » d’Isabelle Filliozat.

  4. Ton témoignage me donne des frissons… Merci du partage !! Et bravo pour ton honnêteté pas facile sur internet. Je partage des points communs avec toi. Exemple je peux parler des mes grossesses et accouchements pendant longtemps tellement y’ a à dire (merci Foresti de me faire rire à propos de ça et de l’éducation !!). Mais je partage aussi ton point de vue : je commence aussi l’éducation bienveillante et je lis aussi des livres sur le sujet. Je vais même me former Educ Montessori pour travailler en école Montessori. Mon mari partage la même vision des choses que moi. Je ne suis pas parfaite et je m’énerve parfois mais on discute beaucoup avec les enfants. Et notre truc à nous : se dire qu’on s’aime !!

    1. Oh oui, comme tu as raison: se dire qu’on s’aime… ça aussi j’aime ;o)
      Merci beaucoup pour ton retour en tout cas, ça me touche.
      L’éducation Montessori ça me dirait bien aussi. D’ailleurs je suis tellement désabusée par la première année de maternelle de ma Princesse que j’aimerais pouvoir la mettre dans une telle structure mais il n’y en a pas proche de chez moi :o(
      De toute façon j’aimerais déménager… à suivre ;o)

  5. Bonjour,
    Je découvre ton blog via HelloCoton et bravo pour cet article.
    Je suis venue aussi tranquillement à l’éducation bienveillante, sans me mettre la pression, juste mettre des mots sur les sentiments des petits… qui se sentent compris, et c’est magique! Un câlin, on en reparle en 2 mots tranquillement une fois la tempête passée et quel bonheur qu’une maison plus calme!

    1. Bonsoir Magictrouille,
      Merci pour ton message. Oui c’est assez magique bien que cette nouvelle approche me fait me poser plein de questions lol. Je suis comme ça, en même temps il vaut mieux ça que de ne pas s’en poser !
      Je me sens vraiment plus proche de ma Princesse… pour Petit Prince, c’est encore un peu tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>